Le Cerveau …

Le cerveau.
Comment entretenir votre mémoire et votre intelligence

Marie-Paule Dessaint
Broquet, 2019

SOMMAIRE

Vous arrive-t-il d’être inquiet des ratés de votre mémoire, et parfois aussi de votre capacité à vous concentrer, à prendre des décisions éclairées et à comprendre parfaitement des idées abstraites? Ce guide pratique vous propose des idées, des conseils, des auto-évaluations et des exercices pour faire changer les choses.

Vous pouvez vaincre les ennemis de votre mémoire et de votre intelligence que sont notamment le stress et la dépression. L’obligation de tout faire rapidement et le bombardement incessant d’informations souvent inutiles font partie de ces ennemis de votre mémoire. On peut aussi pointer du doigt l’exposition quotidienne aux divers écrans (télévision, tablette, téléphone intelligent…), aux réseaux sociaux qui minent votre concentration et ceux de vos enfants. Sans oublier quelques maladies et médicaments qui détériorent certaines capacités cognitives, le manque d’exercice physique et de sommeil ainsi que des techniques de mémorisation inappropriées.

Les fausses nouvelles aussi? Si vous vous inquiétez à propos de l’état du monde actuel, envahi par les fausses nouvelles, les mensonges et les tromperies, vous trouverez également des moyens de vous protéger. Vous apprendrez aussi comment mieux exercer votre esprit critique et vous défendre contre les fausses croyances.

INTRODUCTION.

Perdre (un peu) la tête ?

«Tout le monde se plaint de sa mémoire, mais pas de son jugement.» François, duc de la Rochefoucauld

La tête ? C’est le cerveau et l’intelligence. Perdre la tête, c’est, d’après le dictionnaire, ne plus avoir toutes ses capacités mentales disponibles. Nous sommes en effet nombreux à nous inquiéter des ratés de notre mémoire, surtout la cinquantaine passée, des difficultés croissantes à nous concentrer, à prendre des décisions, à analyser les événements avec objectivité ou à tempérer nos réactions impulsives. Dans la majorité des cas, il ne s’agit que de problèmes bénins liés au vieillissement normal qui commence souvent dès la vingtaine. Au quotidien, c’est notre mode vie qui peut être pointé du doigt, notamment les pressions et les sollicitations de toutes parts, l’habitude de tout faire dans la précipitation, des nuits trop courtes, la fatigue excessive, les difficultés personnelles ainsi que les soucis de santé physiques et psychologiques, et particulièrement le stress et la dépression dont les ravages sur le cerveau sont incommensurables.

Perdre la tête, et carrément la vider et la rendre intellectuellement paresseuse, c’est aussi recourir de plus en plus à ces béquilles de mémoire et d’idées que sont les calculatrices, les GPS, l’accès ultra-rapide à toutes les informations, vraies ou fausses, disponibles en quelques clics sur Internet et les réseaux sociaux.

Enfin, perdre la tête, c’est laisser les autres manipuler à leur guise le contenu de notre mémoire et de notre intelligence dans le but d’y semer des idées, des croyances et des convictions, des peurs et des besoins qui ne sont pas les nôtres ou encore de faux souvenirs, sans vraiment chercher à nous défendre. Il faut dire que nous n’en avons pas toujours le pouvoir puisque ce lavage de nos cerveaux se passe souvent à notre insu grâce à des techniques de manipulation bien au point. J’aime traiter ces gens et ces organisations de voleurs de mémoire et d’intelligence.

Et ils sont nombreux !

Cet ouvrage propose des outils, des conseils et des stratégies pour affronter ce monde en pleine effervescence, exigeant et bien souvent sans pitié, afin de ne pas le laisser nous imposer ses lois au point de nous détruire, parfois, à petit feu. L’esprit d’analyse critique, la maîtrise de soi et la confiance en soi, le jugement, la flexibilité mentale ainsi que l’autonomie sont quelques compétences pour y parvenir. Ces compétences reposent sur un cerveau et un organisme en santé et bien entretenus !

J’ai aussi l’espoir, et même l’ambition que, par ricochet, ce livre puisse être utile aux enfants dont la vie est loin d’être un long fleuve tranquille. C’est en effet très tôt au cours de la vie que la capacité d’attention et de concentration, tout comme l’esprit critique et la maîtrise de soi, se forment (ou se déforment) et déterminent en grande partie la réussite ou l’échec à l’école, puis au travail et dans la vie personnelle et affective. Faute de temps et de ressources, l’école ne leur enseigne pas toujours adéquatement.

Déjà, en 2011, dans un article intitulé « L’attention volée », le psychiatre et psychothérapeute Christophe André expliquait que des jeunes de 14 ans qui regardent la télévision trois heures ou plus par jour voient leur risque de présenter des troubles de l’attention augmenter de 50 % par rapport à ceux qui ne la regardent qu’une heure. Pire encore, un jeune enfant extrêmement stimulé par des images rapides provenant de la télévision, des jeux vidéo, d’Internet et même de la publicité n’apprend pas à mobiliser son attention. Son esprit finit alors par avoir besoin de ces stimulants visuels pour lancer sa vigilance et son intérêt. Or, la mémoire et l’apprentissage reposent sur la capacité d’être attentif et de se concentrer, tout comme sur un bon jugement, l’esprit critique notamment.

Au troisième chapitre, là où je traite de la capacité d’attention préalable à tout apprentissage, je raconte une expérience menée auprès d’enfants de quatre ans, à l’aide d’un simple caramel ou d’une guimauve. Ce moyen de tester leur capacité d’inhibition cognitive, en fait la maîtrise de soi, a permis de déterminer, grâce à une étude longitudinale, comment ceux qui n’ont pas résisté à l’attrait de cette friandise se sont comportés à l’école, puis dans leur vie professionnelle et personnelle. Moins bien, bien sûr, que ceux qui ont su y résister quelques minutes.

Au moment où je terminais cet ouvrage, une lettre ouverte publiée par 48 experts québécois, dont 42 pédiatres, nous est tombée sur la tête comme une bombe à retardement, le 31 janvier 2019, à propos de la sur-prescription de psychostimulants et d’antidépresseurs aux enfants. Cela était prévisible et il était plus que temps d’en parler ouvertement. Depuis plusieurs années déjà, des médias avaient commencé à s’inquiéter de ce phénomène en expansion. Par exemple, au printemps 2015, on pouvait lire dans le Magazine des diplômés de l’Université de Montréal (p. 38, section Flash Recherche) que, depuis 1992, ce phénomène avait crû de 542 % sur les campus américains. Nous verrons au premier chapitre, à propos des amplificateurs cognitifs, que des étudiants et des adultes d’ici et d’ailleurs consomment de tels psychostimulants même s’ils n’ont pas de problèmes cognitifs, afin de mieux « performer » pendant leurs études et au travail pour répondre à toutes ces exigences qui leur sont imposées… ou qu’ils s’imposent eux-mêmes. C’est un peu pour cela que les 48 experts québécois ont appelé à un examen de conscience de toute la société qui se tourne trop facilement vers des médicaments, dont le Ritalin et les antidépresseurs, pour régler les problèmes de certains enfants qui « dérangent » l’ordre établi.

Environ 14% des jeunes Québécois, âgés de 10 à 17 ans, sont carrément « drogués » au Ritalin, surtout à la demande du réseau scolaire, puis des parents qui n’ont pas toujours le choix qui, à leur tour, font pression sur leur médecin, afin de rendre leurs enfants moins turbulents, moins hyperactifs, moins anxieux et parfois aussi moins agressifs. En fait, je me demande si ces jeunes ne sont pas carrément les victimes collatérales du mode de vie que la société impose aux adultes responsables de leur éducation.

Dans cette même lettre, nous apprenions qu’en 2016-2017, 29 % des élèves du secondaire souffraient de détresse psychologique et que 23 % (27 % des garçons) prétendaient avoir un TDAH confirmé par un médecin. (Les données exactes et complètes se trouvent dans les références à la fin de ce chapitre.) Quelques semaines plus tard, ces pédiatres ont publié une deuxième lettre dans laquelle ils proposaient des solutions à ce fléau : 30 à 45 minutes d’exercices quotidiens, deux récréations de 20 minutes, réduction du temps passé devant les écrans, télévision, tablettes, etc., comme s’ils venaient de trouver enfin la recette magique que nous, les (vraiment) plus vieux, avons connue dans notre jeunesse…

Des écoles ont déjà tenté d’empêcher leurs élèves d’utiliser leur téléphone intelligent pendant la journée afin qu’ils puissent échanger entre eux notamment, mais elles se sont heurtées à l’insatisfaction de certains parents qui voulaient pouvoir communiquer avec leurs enfants en tout temps. D’autres éducateurs trouvent trop exigeant et trop long d’avoir à habiller les petits, surtout l’hiver, afin qu’ils puissent aller jouer dehors…

Regardez, à la page 56, comment un papa est parvenu à faire passer son jeune fils de cancre à premier de classe, ou encore, à la page 61, ce que j’ai écrit à propos des écoles et de la méthode Arrowsmith ! Élémentaire, non ? Mais, bien sûr, pas toujours aussi simple à mettre en pratique.

Cerveau, mémoire et intelligence

La plupart des livres qui traitent de la mémoire oublient l’intelligence, alors que mémoire et intelligence sont interdépendantes. C’est en effet grâce à notre mémoire que nous pouvons lire, écrire, accumuler des connaissances, nous repérer dans l’environnement, rêver, exercer notre créativité et faire des calculs. La mémoire définit aussi notre identité. Seule, cependant, elle ne nous permet pas de nous adapter au changement, de penser de façon abstraite, de comprendre des idées complexes, d’exercer notre esprit d’analyse critique, de résoudre des problèmes, de planifier des actions, de donner un sens aux choses, d’anticiper les conséquences de nos actions ou encore de nous sortir de difficultés. Ces fonctions cognitives sont liées à l’intelligence bien qu’elles fassent appel à plusieurs de nos mémoires.

L’esprit d’analyse critique est si essentiel pour survivre dans ce monde de plus en plus complexe et dangereux intellectuellement, mentalement et même pour notre santé qu’à lui seul il est l’objet du second chapitre. Il s’agit, en gros, de l’art d’utiliser notre raison pour analyser les idées qui nous sont soumises et les injonctions qui nous sont imposées, en plus, et peut-être surtout, de débusquer les manipulateurs et les gens malhonnêtes. Avoir l’esprit critique, c’est aussi surveiller nos propres contradictions et nos erreurs de jugement. Je préfère l’expression « esprit d’analyse critique » à celle « d’esprit critique » qui signifie pourtant la même chose, mais dont le sens, pris au premier degré, est trop proche de l’habitude déplaisante de critiquer pour critiquer, de porter des jugements, sans aucun fondement, sans justification et sans aucune considération pour les idées des autres.

Dans l’article intitulé « 5 stratégies pour booster votre esprit critique » nospensees.fr du 22 mai 2018, l’auteur rapporte une étude du département de psychologie de l’Université de Cambridge qui mentionne qu’au-delà du coefficient intellectuel et au-delà d’avoir une haute intelligence, ce qui pourrait vraiment améliorer notre vie c’est d’avoir une bonne pensée critique.

POUR COMMANDER

La FNAC

Site Web de l’auteur

Marie-Paule Dessaint, Ph.D.
Docteur en sciences de l’éducation, auteure et conférencière,
… est membre de Psycho-Ressources.

DÉTAILS

Prix : 27,95 $
Catégorie : Croissance personnelle
Auteur : Marie-Paule Dessaint
Titre : Le Cerveau
Date de parution : Octobre 2019
Éditeur : BROQUET
Pages : 256
Sujet : PSYCHOLOGIE POPULAIRE
ISBN : 9782896546428 (2896546421)


Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , | Commentaires fermés sur Le Cerveau …

Le Domaine de l’Étang – Un ptit coin de paradis !

Le Domaine de l’Étang
Frampton (Beauce)
Québec, Canada

Chalet 3 étoiles avec SPA
et petit lac privé.


Petit coin de paradis au milieu d’érablières. Voyez le soleil se lever sur les Appalaches en sirotant votre café du matin.

Visitez notre site – https://www.domaine-de-letang.ca/

Nichée sur un plateau séparant la Beauce des Etchemins et longeant des érablières, notre petit domaine vous révélera un point de vue unique sur les Appalaches. Vous pourrez aussi profiter de quelques services gratuits tels que location de vélos et raquettes. À découvrir!

Prenez une pause !

Notre petit domaine est prêt à vous livrer ses trésors : joli décor, endroit tranquille et agréable, intimité et air pur. Notre coin de nature est couvert d’une belle végétation mature et variée (sapins, épinettes, tilleuls, frênes, chênes, cerisiers, bouleaux blancs, bouleaux jaunes, érables à sucre, amélanchiers, pommiers, etc.). Faites un petit tour d’embarcation sur notre joli étang ou relaxez à ses abords. Profitez aussi d’une nuit étoilée pour vous réchauffer au coin d’un bon feu de camp!

Tout en confort

Le chalet comprend trois chambres avec lit « queen », un coin repas avec armoires, évier, cuisinière, frigo, micro-ondes et un coin séjour avec télé multi-canaux, wi-fi, lecteur DVD, une salle de bain avec douche et quelques placards.

À deux pas …

Vous serez à deux pas du Miller Zoo, de la microbrasserie Frampton Brasse, de la cycloroute de Bellechasse, de la pisciculture Fournier, du club de golf Dorchester et de la Cabane à Pierre. Que ce soit pour deux nuitées, une semaine ou plus, vous séjour ici vous enchantera!

Le Domaine de l’Étang
Frampton (Beauce), Québec, Canada

  • https://www.domaine-de-letang.ca/
  • Chalet a louer Frampton près Miller Zoo
  • 32, 5e et 6e Rang Frampton Québec, Canada G0R 1M0 Renaud Poulin
  • Tél.: 418-479-5441
  • Classement C.I.T.Q.: ***
  • Classement des clients de Booking.com : 9.8 sur 10
  • Tarifs: à partir de 90 $ la nuitée

Publié dans Actualités de la Psychologie, Voyages Croissance | Marqué avec , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Le Domaine de l’Étang – Un ptit coin de paradis !

Cure détox avec le régime cétogène

Cure détox avec le régime cétogène

Qualifiée de mode ou encore de cure, la détoxification est un moyen certain de s’assurer un idéal équilibre physiologique. Toutefois, derrière cette pratique très médiatisée, est tapie une controverse suscitée par le manque de fondement scientifique des méthodes utilisées.

De son côté, la diète cétogène qui n’est plus à présenter, a toute l’attention de la science. Car, entre ses applications dans les traitements de l’épilepsie ou de l’obésité, les témoignages (notamment des articles scientifiques) en sa faveur sont légion. « Comment conjuguer le régime cétogène et la cure détox ? », éléments de réponse.

Ce qu’il faut savoir avant tout sur la cure de détox

Pour la majorité, cette mode mise en relief par les médias évoque très souvent la notion de « régime ». Pourtant, ce sens qu’on lui prête est tout à fait loin de ce qu’elle prône en réalité.

Qu’est-ce concrètement ?

« Pour les scientifiques, le mot « détox » est dénué de sens. Par contre, de manière intuitive ce terme suggère le fait d’éliminer certaines toxines » explique le botaniste et nutritionniste, Dr Laurent Chevalier.

Ainsi, une cure de détox est donc un programme mis en place pour libérer l’organisme de substances nocives (toxines), revivifier les cellules et gagner de l’énergie afin que ce dernier puisse mieux fonctionner.

Quel est son impact sur l’organisme ?

La détoxification est déjà en soi un phénomène naturel dans l’organisme. Et à moins d’être confrontés à une complication (des maladies importantes) les organes vitaux impliqués dans ce procédé jouent parfaitement leur rôle.

Il n’est cependant pas rare que l’organisme soit surchargé et ne puisse plus se débarrasser aussi rapidement des toxines comme il en a l’habitude. Dans ce cas-là, il faut lui donner un coup de pouce : d’où l’idée de la cure détox.

Comment cela fonctionne-t-il ?

En théorie, il faut consommer des aliments à valeur ajoutée pour le système de nettoyage interne. Autrement dit, ingérer des aliments naturels qui contribuent efficacement à l’évacuation des déchets présents dans le corps.

De façon pratique, les recommandations orientent généralement vers des recettes variées, mais surtout à base d’antioxydant. À titre d’exemple : la consommation d’eau tiède accompagnée de jus de citron.

Quelles sont ses limites ?

Pour l’heure, les hommes de science s’accordent sur le fait qu’une alimentation saine peut bien évidemment avoir des incidences positives sur la physiologie humaine et par voie de conséquence sur ses humeurs et son mental. Mais aucune étude s’étant penchée sur la problématique de la « mode détox » ne soutient avec des chiffres et des faits concrets l’efficacité des traitements sur les toxines métaboliques. D’aucuns sont catégoriques quant à leur quelconque contribution au meilleur fonctionnement des organes vitaux.

Le régime qui fait l’unanimité

L’alimentation cétogène a pour but d’encourager la consommation des aliments pauvres en glucides, mais riches en lipides (consultez ici une liste d’aliments low carb). Et contrairement aux méthodes populaires de cure détox, l’opinion de la science médicale sur son efficacité est plus que favorable. Pour preuve, depuis plus d’un siècle, il représente un potentiel renfort pour traiter l’épilepsie.

Une alimentation façonnable

Pour un programme minceur, la littérature parle d’apport lipidique de 70% allant jusqu’à 80% parfois. Tandis que pour les personnes soignant des maladies telles que l’obésité, le diabète, le cancer…, il est conseillé jusqu’à 90% d’apport en lipides.

Derrière ces chiffres certes élevés, mais variables, on peut comprendre que les exigences d’un régime kéto dépendent de ses fondements. Pour le coach en nutrition Hugo Blanc, cela ne fait aucun doute : “le keto diet doit être modelé à chaque personne”.

Les retombées sur le fonctionnement de l’organisme

La philosophie détox recommande, en complément des recettes à base d’antioxydants naturels, une alimentation saine. Ce qui permettrait au corps de gagner plus d’énergie ou encore d’alléger les organes dont l’activité quotidienne est d’éliminer les déchets (toxines). À elle seule, la diète cétogène satisfait toutes ses attentes.

Un processus diététique en phase avec la mode détox

Le régime cétogène est un régime alimentaire de type hypoglucidique qui conduit le foie à la production de cétones (dorénavant principale source d’énergie). Les avantages pour un organisme en cétose sont nombreux :

  • la teneur de sucres et de glucides dans le sang est réduite;
  • les graisses sont utilisées comme principale source d’énergie;
  • le taux d’insuline est réduit…

Les résultats obtenus ne sont pas moindres :

  • le chercheur LaManna et ses collaborateurs soulignent une augmentation de 25% en énergie;
  • les cellules cancéreuses sont affaiblies au profit des cellules saines qui carburent aux graisses;
  • le pancréas et le foie sont moins sollicités donc moins de fatigue;
  • l’accumulation de déchets est moins importante par conséquent le nettoyage est beaucoup plus simple.

Une cure qu’il faut savoir mettre en pratique

Si les avis sur le Keto sont assez favorables, il ne fait aucun doute que le régime présente aussi des effets secondaires avec lesquels il faut savoir composer.

Entre la perte conséquente d’eau, la grippe cétogène, certains cas d’hyperlipidémie et bien d’autres formes d’effets secondaires, il est important de savoir comment pratiquer son alimentation cétogène – en fonction de ses besoins – pour ne pas passer de la détox à l’intox.

Dans l’incertitude, il serait bien avisé et rationnel de se rapprocher d’un médecin afin de déterminer la capacité de son organisme à suivre un tel régime en toute sécurité.

Par Oscar Helm
Psychologue & Nutritionniste
Site web de l’auteur

https://sagessesante.fr


Publié dans Actualités de la Psychologie, Approches Variées, Articles Thématiques | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Cure détox avec le régime cétogène

Magazine VIVRE (Sept-Oct 2019)

Magazine VIVRE
ÉDITORIAL 622 SEPTEMBRE 2019

Par Lucie Douville

Moi ou l’autre?

Nous habitons sur une planète dont le modus operandi est pour le moins déconcertant, pour ne pas dire complètement déroutant… C’est comme si nous participions tous à un rallye dont les indices nous conduisaient plus souvent qu’autrement sur de fausses pistes.

Coup d’envoi…

Dès notre arrivée, on comprend qu’il y a moi et l’autre, que sans l’autre non seulement je ne serais pas ici, mais que par moi seule je ne pourrais assurer ma survie. Notre premier indice est donc : L’autre est la personne la plus importante de ma vie.

Durant notre enfance, on va vite réaliser que pour que nos besoins soient comblés, c’est vers l’autre que nous devrons nous tourner. Notre deuxième indice sera alors : J’ai besoin de l’autre pour répondre à mes besoins.

Dans la même foulée, c’est par le regard et les paroles de l’autre que nous pourrons bâtir notre identité, notre estime de soi et notre confiance en soi, ou pas… Troisième indice? L’autre sait mieux que moi qui je suis.

En cours de route

Arrivés à l’école, c’est en répondant aux exigences de l’autre, tout en étant comparé aux autres, que notre valeur sera chiffrée sur un bout de papier. Et là, on fera tout ce qu’il faut pour ne surtout pas être rejeté, quitte à soustraire des fractions de notre identité. Quatrième indice : Je dois tout faire pour être accepté.

Les années vont passer et au besoin d’être accepté va s’ajouter celui d’être aimé. Pas besoin de vous dire ici que, pour l’autre, on pourra faire bien des folies, jusqu’à, parfois, se laisser manipuler, rabaisser, contrôler, voire même humilier. Tout ça juste pour être aimé. Cinquième et dernier indice : Je dois tout faire pour plaire, pour que l’autre puisse m’aimer.

L’autre va devenir tellement important dans notre vie qu’on ne verra plus qu’elle ou lui, oubliant parfois complètement qu’on existe nous aussi.

Bien veiller sur qui au juste?

Si je savais ce que voulait dire le mot « Bienveillance », j’ignorais complètement que nous devions l’adresser à nous-mêmes en premier. Bienveillante envers moi? Je ne connaissais pas! Mais envers les autres, ça, aucun problème! J’en faisais même souvent plus que le client en demande, avant même qu’il ne le demande. Mais pour moi?… En fait, je n’avais jamais vraiment pris conscience qu’il existait un « moi » dans ma vie.

J’avais appris…

J’avais appris à m’oublier pour les autres, à donner sans compter; à dire oui même si je n’en avais pas vraiment envie et surtout pas question de dire non! J’avais appris à me débrouiller par moi-même, peu importe le défi à relever, car j’étais littéralement paralysée par la peur de déranger.

Je n’avais jamais appris…

Personne ne m’avait jamais dit que j’étais la personne la plus importante de ma vie; que j’aurai toujours tout ce qu’il faut pour répondre à mes besoins; que personne au monde ne saura jamais mieux que moi qui je suis; et surtout… que je n’ai absolument rien à faire de plus qu’être moi-même pour être acceptée ou aimée et que, sinon, une seule chose à faire : tourner les talons.

S’occuper de… Ou veiller sur…

J’ai compris qu’il y a une différence entre « s’occuper de soi » et « veiller sur soi ». « S’occuper de soi » c’est, par exemple, faire attention à son alimentation, son sommeil, ses exercices, ses loisirs… C’est donc surtout au niveau du « faire », c’est intellectuel, extérieur, ça vient de la tête.

« Veiller sur soi » c’est à un tout autre niveau. C’est au niveau de « l’être », du « Je suis », du ressenti. C’est au niveau des aspirations qui nous tiennent à cœur, des rêves que l’on porte. C’est intérieur, ça vient du cœur, ça nourrit l’âme. Si on s’occupe de soi pour réussir dans la vie, on veille sur soi pour réussir sa vie.

La seule piste à suivre (ou indice)

Dans ce Grand Rallye qu’est la Vie, l’autre n’aura jamais été la personne la plus importante de notre vie, mais de la sienne, ça oui! Et c’est la même chose pour nous aussi!

Prendre soin de soi, être bon pour soi, attentionné, prévoyant, cultiver une bonne estime de nous-mêmes, c’est loin d’être égoïste, c’est vital! En réalité, c’est le seul et unique indice qu’on aurait dû nous donner à l’arrivée.

Lucie Douville

VERSION NUMÉRIQUE EN VENTE DIRECTEMENT SUR LE SITE DE VIVRE

SEPTEMBRE 2019 DOSSIER : ÉLOGE DE LA BIENVEILLANCE avec Jasmin Roy

Le mot bienveillance ne vient pas de benevolentia, être favorablement disposé à, mais de bona vigilantia, soit la bonne vigilance, ou porter attention à, bien veiller sur…

Mais bien veiller sur qui? Les autres?… Non !!!

La bienveillance véritable doit s’exprimer envers soi en premier : prendre soin de soi, être attentif à nos besoins; bien veiller sur soi pour être en mesure, ensuite, d’être bienveillant envers les autres.

Pour Aristote, « Éduquer l’esprit sans éduquer le cœur revient à n’avoir aucune éducation du tout. » L’éducation du cœur, c’est l’éducation à la bienveillance.

Tel est le vaste et grandiose sujet que nous abordons avec JASMIN ROY dans ce tout nouveau dossier du Magazine VIVRE.

Dans ce dossier, VIVRE vous propose des réflexions sur…

  • ANALPHABÈTE ÉMOTIONNEL, MOI? OUI, JE L’AI DÉJÀ ÉTÉ! avec Jasmin Roy
  • VEILLER SUR MOI… J’AI LE DROIT? avec Anne Van Stappen
  • AU CŒUR D’UN OCÉAN DE BIENVEILLANCE avec Marie Lise Labonté
  • BIENVEILLANCE : MON PHARE, MA FORCE avec Rose Marie Moreno
  • MERCI LA VIE avec Line Chauvin
  • BIENVEILLANCE OU EMPATHIE avec Xavier Cornette de St-Cyr
  • 8 CHEMINS VERS LA BIENVEILLANCE ET LA SAGESSE avec Rosette Poletti

AUSSI, DANS LE MAGAZINE VIVRE…

ALIMENTATION : Tour de taille, diabète et alimentation – Pour vivre en forme et en santé, l’on sait —sans avoir à trop douter— qu’il est important d’être actif physiquement, qu’il faut bien gérer son stress et surtout, manger sainement. Jusque là, on est pas mal tous d’accord. Mais manger sainement, aujourd’hui… ça veut dire quoi?

CŒUR À COEUR : Conscience humaine et ouverture du cœur, Rencontre avec Marc VELLA – Aujourd’hui nous ensevelissons littéralement le cœur de l’homme sous une tonne de connaissances; nous le formons, nous le fermons, nous le polluons avec tout cet excès de savoir. On encombre les esprits et les consciences. Et c’est inutile! Pourquoi se laisser mettre en boite, pourquoi croire qu’il faille devenir comme tout le monde alors que nous sommes uniques au monde! Osons reconnaitre et exprimer notre valeur. Et n’oublions surtout pas que ce qui semble imparfait en nous, est juste le parfait qui manque d’amour. Alors, aimons-le!

VIVRE EN FAMILLE : Plaidoyer pour une éducation du coeur – Nous avons priorisé l’intelligence, les connaissances intellectuelles, le faire, l’accumulation de bien matériels et les comptes en banque bien garnis. Si on regarde l’état de santé de notre société, avons-nous choisi les bonnes priorités? Que voulons-nous apprendre à nos enfants?

VIVRE HEUREUX AU BOULOT : Mon temps, ton temps, notre temps…- Quand nous nous sentons à l’étroit dans nos journées et impuissants à tout gérer; quand nous avons le sentiment qu’il y en a trop et que ce « trop » est en train d’empoisonner toute notre vie, il est bon de changer d’attitude et de considérer notre temps avec bienveillance.

SANTÉ GLOBALE : MONONUCLÉOSE : Retrouver mon énergie naturellement – Une fatigue extrême, un mal de gorge, des ganglions enflés, une faiblesse générale et des maux de tête sont les symptômes de la mononucléose qui vous laissent indubitablement sur le carreau. À moins de complications, il n’existe aucun traitement médical pour soigner cette pathologie, la maladie se résorbe d’elle-même avec du repos, une saine alimentation. Cependant, nous pouvons soutenir et aider notre corps à se sentir mieux pendant qu’il combat l’infection.

VIVRE À 2 : Prêt et prête pour la vie à deux ? – Le couple est le moyen qu’utilise la Vie depuis des milliards d’années pour ensemencer la vie sur Terre. Quatre-vingt-quinze pour cent des espèces se reproduisent en couple. Vous et moi existons parce que nos parents se sont unis pour perpétuer le plus grand des mystères : l’être vivant. Oui, mais au quotidien la vie en couple n’est pas toujours ressentie comme un cadeau de la vie. La moindre difficulté perturbe la relation dans une société où un mariage sur trois se solde par un divorce.

VIVRE EN SOCIÉTÉ : L’abandon, une condamnation à vie ? – Les adultes doivent aider les jeunes à se souvenir de leur histoire pour leur permettre de se libérer d’un passé qu’ils ont pu occulter, mais qui influence encore chaque parcelle de leur existence. Si la vérité libère, ces jeunes ont besoin de retrouver leur liberté d’exister.

ART DE VIVRE ET SPIRITUALITÉ : Avec le génie du Coeur, tout devient possible !… – Telle la lampe d’Aladin, vous possédez à l’intérieur de vous un véritable génie qui peut vous aider à réaliser tous vos rêves dans la facilité et la fluidité. C’est le génie de votre cœur! Suffit simplement de le solliciter!

TRUCS ÉCOLOS – IDÉES BRILLANTES : VIVRE vous propose des trucs et astuces santé pour vous aider à améliorer la qualité de votre vie dans la simplicité de votre quotidien. Dans cette parution : Le yoga pour les yeux – Quelle alimentation privilégier pour des yeux en santé ?

VIVRE AU QUOTIDIEN : La Vie est une école – Informer, c’est déjà très bien, mais mettre à la disposition des gens des outils concrets pour les aider à passer à l’action, sans avoir à escalader l’Everest, c’est encore mieux! Dans cet article vous trouverez donc des trucs simples, pratico-pratiques et faciles à intégrer dans votre quotidien. Ils vous sont offerts par les formateurs de la plateforme de formation en ligne Vivre au quotidien!

VIVRE est membre de Psycho-Ressources
https://www.psycho-ressources.com/toile/magazine-vivre.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Magazines, Publications | Marqué avec , , , , , , | Commentaires fermés sur Magazine VIVRE (Sept-Oct 2019)

A propos de la métamorphose d’Oedipe …

Communiqué de presse (23.08.2019) – Publication en Sciences Humaines

À PROPOS DE LA MÉTAMORPHOSE D’ŒDIPE EN HÉROS DE COLONE!

Aux sources des thérapies transgénérationnelles.
par Thierry Gaillard.

« UNE RÉFÉRENCE INDISPENSABLE POUR COMPRENDRE LES PRINCIPES TRANSGÉNÉRATIONNELS ! »

Chez ÉCODITION ÉDITIONS (Genève)
ISBN 9782940540037
164pages – 15.90 €
Août 2019

4ème de couverture :

Personne jusqu’ici n’avait mesuré l’importance de la malédiction familiale qu’Œdipe avait hérité malgré lui. En remontant sur quatre générations, jusqu’à Cadmos, l’auteur décrypte enfin l’héritage transgénérationnel qui aliéna Œdipe dans la première partie de sa vie. Après avoir découvert le secret de son adoption et l’identité de ses parents, la crise qu’Œdipe traverse apparaît alors comme un passage obligé pour l’affranchir de la malédiction transgénérationnelle, le guérir et le faire naître à nouveau. Tirésias l’avait annoncé : « ce jour te fera naître et mourir à la fois ».

Contrairement à ce qui est communément admis, l’auteur montre que le final tragique d’Œdipe-roi n’est pas une issue fatale. Il s’agit plutôt d’une épreuve à traverser, cathartique, permettant à Œdipe de renaître, transformé, pour devenir le héros de Colone, garant de la prospérité de ses hôtes. De la peste au début d’Œdipe-roi au glorieux épilogue d’Œdipe à Colone, Sophocle s’était inspiré des principes transgénérationnels connus à l’époque pour écrire l’histoire de la métamorphose d’Œdipe.

En procédant par étape, l’auteur nous fait découvrir le modèle de guérison transgénérationnelle qui sous-tend l’œuvre de Sophocle. Essentiel et passionnant, ce modèle offre aux thérapies transgénérationnelles d’insoupçonnées lettres de noblesses.

Thierry Gaillard (MA) est un chercheur et psychothérapeute spécialisé en psychologie des profondeurs, intégration transgénérationnelle et herméneutique. Auteurs de plusieurs livres en lien avec la psychologie des profondeurs et la mythologie, il a créé une collection d’ouvrages collectifs et dirige le Centre Hermès à Genève. Son programme de formation s’adresse à un public international (webinaires). https://www.thierry-gaillard.com (extraits et interviews en libre accès).

ECODITION EDITIONS, 18 rue De-Candolle, 1205 Genève, Suisse.

Thierry Gaillard est membre de Psycho-Ressources


Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , | Commentaires fermés sur A propos de la métamorphose d’Oedipe …

Le journal d’un mystique

Le journal d’un mystique
Fabien Le Bihan
LULU Éditeur

SOMMAIRE

« Le journal d’un Mystique » est la suite de son précédent livre autobiographique toujours aussi mystique, « Le Danseur de Corde ». Différents événements métaphysiques et surnaturels qui se sont manifestés à lui, progressivement, dans sa vie pourraient s’apparenter, à la lecture de ce nouvel ouvrage, à de petits miracles, à une Grâce. Par l’épreuve il a rencontré, dans son cheminement, la spiritualité puis la foi, et reste toujours éclairé d’une philosophie de vie bouddhiste, la voie du milieu. Il se considère chrétien, sans obéir aux dogmes de la religion. Aidé au départ par un médium, il fait ses premiers pas dans l’invisible désormais ouvert à lui. Sa propre Vie était la clef d’accès à ce monde parallèle. Libéré de ses torpeurs avec des prières parfois exaucées, aujourd’hui il ne doute plus d’une Vie après la vie, l’au-delà lui a enfin été révélé.

Après son expérience d’éveil de la conscience, ou « pleine conscience », en 2012 progressivement ses Anges gardiens sont entrés en communication lors de méditations et de recueillements ; des mots, des phrases, des images, un rayon de lumière bleue sortant de son crucifix et des impressions, des images, voire des pressentiments. Ses Anges le guident désormais, sans l’aide du médium, sur un chemin de vie plus apaisé et ouvert sur de nouveaux horizons emplis de Lumière. Mais se pourrait-il qu’il ne s’agisse tout simplement que de dialogues avec son inconscient, la manifestation d’un imaginaire et de pressentiments ?

Dans ce livre Fabien Le Bihan explique les faits tels qu’ils se manifestent à lui et en toute sincérité et objectivité. Il laisse le lecteur faire son choix : hallucinations auditives et visuelles ou manifestations de ses Anges Gardiens et de l’au-delà ? Psychose ou faculté de médiumnité, voire les deux à la fois ? A la lecture de cet ouvrage, qui vous fera le plus grand bien, vous ne douterez plus de la réponse.

DÉTAILS

Titre : Le journal d’un Mystique
Format : A5, 426 pages
Auteur : Fabien Le Bihan
Date de parution : 31 juillet 2019
Editeur : LULU
Collection : Llb document
ISBN : 978.0.244.20615.4

Achat de livre sur LULU (-15% de remise) :

Site de l’auteur :

Courriel : fabienlebihan@rocketmail.com

Du même auteur:
Le danseur de corde


Publié dans Actualités de la Psychologie, Actualités Psycho-Ressources, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Le journal d’un mystique

Lettre ouverte d’un psy aux adolescents

Lettre ouverte aux adolescents

Prenez un cap inspirant, et devenez flexible sur le chemin de la vie.

Éditions Kindle

Par Henri-Pierre Bru
Praticien certifié en psychothérapie

SOMMAIRE

Ce livre s’adresse aux adolescents, qui désirent dessiner un cap épanouissant dans leur vie. L’auteur y donne des éclairages issus de sa propre adolescence, et des pistes issues de son expérience de psy et de méditant pour éviter les écueils de nombre d’adolescents qui cherchent une épopée, au lieu de chercher la quiétude. D’ailleurs quand on vise la quiétude, une épopée de belles rencontres apparaît …

UN MOT DE L’AUTEUR

Cet ouvrage mélange un peu ma biographie avec mon regard de psy ou mon regard général sur l’adolescence, pour illustrer des impasses, des recherches inutiles ou bienfaisantes, selon, avec ma propre traversée de l’adolescence, mon expérience de la méditation, celle-ci sous un aspect très général, et ma vision de la thérapie, de la spiritualité et de l’écueil de ses extrêmes, le couple aussi, et surtout pour donner envie aux préadolescents et adolescents de rejoindre des groupes de parole, pour expérimenter la symbiose avec les autres, et la sortie de la symbiose tout en profitant de la vitalité d’être au contact et au sein d’un groupe, tout en restant soi-même… Vaste sujet…

EXTRAIT

Chapitre 3 : L’adolescence, se sentir reconnu dans sa particularité ?

 » Je reprends mon récit de vie.
A 12 ans, je tombe amoureux, et je deviens fou…
Je dirai poétiquement que j’ai vécu 1000 vies à l’adolescence…

De 13 à 23 ans, j’ai mené une guerre contre moi même, plus féroce que bien des guerres extérieures, j’ai failli y perdre la vie à plusieurs reprises.
S’impose alors à moi une quête de sens de la vie qui ne me quittera plus pendant longtemps. A cette période je me disais, que, si je trouvais un moyen d’aller plus vite que la pensée, je pourrais peut-être passer de l’autre côté du miroir et trouver le sens de la vie…

Ce sens de la vie, qui est propre à chacun, est à mes yeux un mélange de confiance en soi et d’ajustement. Quand l’un manque, le bateau est déséquilibré. Ainsi si je cherche à m’ajuster, mais avec peu de confiance, je ne fais que répéter des ajustements, mais sans les approfondir. Si j’ai confiance en moi, mais ne peut m’ajuster, je tourne en rond dans mes tentatives de relations sociales.

Un peu avant mes 13 ans, je me rends à la « fête de l’humanité », et alors que je bois quelques bières depuis quelque temps pour ne pas ressentir mon mal-être qui a surgi à la préadolescence, on me propose, pour s’étourdir plus vite, une pastille de LSD qui s’avèrera surdosée. Et après m’avoir fait passer par un rire inextinguible, cela me fait passer par un effroi indescriptible, puis un coma de quelques heures, au beau milieu de la nuit que je passe sur place, par terre, au milieu d’un champ dans l’enceinte de cette fête.

Et cela m’a obligé par la suite à surcompenser avec mon cerveau droit, c’est-à-dire voir globalement les choses, être en mouvement, rêver, être intuitif. Bien entendu, un équilibre des deux cerveaux est idoine et devrait être recherché par tout un chacun, car c’est de cet équilibre que peut ressortir l’harmonie à l’intérieur de soi et dans sa vie.

Si l’on croit à une cause derrière toute situation, devais-je apprendre l’humanité, et couper avec toute velléité de forcer pour vivre en paix ?
Passé mes 13 ans, commence alors une descente aux enfers, au cours de laquelle je me pose souvent la question si la vie vaut la peine d’être vécue. Quand on est diminué, tremblotant, est ce que la vie vaut la peine? Toute la question des idées noires, des déceptions, des traumatismes, petits ou grands, m’ont assaillient. Je crois que vouloir écourter sa vie est avant tout un ressentit de rejet et d’éloignement douloureux avec les autres. Quand on des pensées très noires, Il est bon de s’ouvrir à une personne de confiance.

A propos de la famille, je voudrai apporter un éclairage sur l’attitude différente de tout parent, en fonction de chacun de ses enfants, quand il, ou elle, a eu plusieurs enfants : on est d’un côté, « accroché différemment suivant les yeux de chacun de nos enfants », parce que chaque enfant est différent ; et de l’autre, un parent est dans une phase différente de sa vie pendant l’âge tendre de chaque enfant. De fait, a eu des circonstances de vie, induisant des comportements différents vis-à-vis de chaque enfant.

Et puis je voudrai apporter un éclairage sur les rivalités et les jalousies au sein des familles : quand je vois une famille en difficultés d’entente ou de communication, cela dépasse bien souvent l’entendement des parents, car un enfant qui a eu plus d’attention que les autres va faire l’objet de jalousie de la part de ses frères et sœurs, mais souvent les rôles induits par les parents dans leur rapport avec leurs enfant ne sont pas conscients. De mettre à jour ces rôles permet généralement à l’harmonie de revenir petit à petit. La famille, lieu de grande proximité entre ses membres, est aussi le lieu où les plus grandes vulnérabilités se dévoilent, le jugement n’est alors pas bon conseiller pour avancer dans ce cheminement de la proximité.  » […]

L’AUTEUR

Henri-Pierre Bru est Praticien en psychothérapie certifié en thérapie analytique et courants humanistes: Analyse transactionnelle, Gestalt, Systémique par le CERFPA (4 années d’études suivie d’un mémoire de 100 pages rédigé en Analyse Transactionnelle , équivalent à un DESS)

Sujet de mémoire de fin d’études: « L’expression en thérapie des émotions non exprimées de l’enfance, notamment celles antérieures à l’âge de 5 ans.«
Stage de fin d’études avec un psychanalyste Lacanien, lors de cohésions d’équipes au moyens de protocoles sur le langage et la thérapie systémique.

  • Maître praticien en PNL, Michelle Noëlle et Josiane de Saint Paul.
  • Analyste transactionnel (certifié 101 et groupe avancés AT2), Atorg et Gilles Pellerin
  • Formation en Coaching, International Mozaique en coaching
  • Certifié test CGP (centre de gravité professionnelle)
  • Praticien en DEMOKA : Mouvements oculaires, Gilles et Pascale Placet
  • Formé aux constellations familiales avec Gérard Fossat
  • Formation « Projet Sens et décodage biologique » avec Salomon Sellam
  • Kinésiologie Corps Mémoire Françoise Tainon, formation théorique et expérientelle en groupe
  • Nombreux stages de développement personnel et d’expérimentation de méthodes de thérapie
  • Certifié Psy en mouvement.

Membre de Psycho-Ressources

Commandez sur Amazon


Publié dans Actualités de la Psychologie, Publications | Marqué avec , , , , , | Commentaires fermés sur Lettre ouverte d’un psy aux adolescents

La cause de l’autisme (livre)

LA CAUSE DE L’AUTISTE
Jean-Pierre ROYOL
Docteur en psychologie clinique.
Editions DORVAL

« Mon court écrit tient d’une expérience, celle d’une rencontre avec des enfants, adolescents et adultes autistes ». L’imaginaire et les fantasmes qui les entourent sont pour le moins péjoratifs et ceux qui médisent à leur sujet seraient bien étonnés de rencontrer chez eux les voies d’une véritable humanité perdue.

Ce sont des visages, des regards, des larmes mais aussi tant de sourires et de complicités qui surgissent dans mes pensées dès que j’entends parler d’eux à travers des discours aujourd’hui assez répandus parfois desséchés et généralistes. »

Extraits :

MICHEL

Michel dessine une maison et des fleurs plus hautes que cette maison. La stagiaire psy qui est à mes côtés me dit doucement à son départ :
« On voit bien qu’il y a des troubles cognitifs importants ! Les proportions ne sont pas respectées ! »
Michel fera ce dessin à plusieurs reprises, puis un jour il dira en pleurant : « papa ! ».
Il avait perdu son père depuis quelques semaines. J’ai vu la stagiaire qui parlait de persistance et de stéréotypies et je lui ai dit :
« Tu as vu que c’était la tombe de son père la maison qu’il dessinait ? C’est normal que les fleurs soient plus hautes que la petite maison qui l’abrite désormais. »

PIERRE

Pierre dessine aussi, il a le regard dans le vague, il est rêveur, les autistes sont les derniers véritables rêveurs, ils habitent le rêve mais pourtant ne perdent pas pied car ils observent mieux que nous.
Chaque fois qu’il dessine il dit : « voilà ! » comme s ’il avait terminé son dessin mais quand il dit : « voilà ! » il continue son dessin.
Je fais un effort pour ne pas penser que c’est bizarre car j’ai compris depuis des années que dès que je trouve quelqu’un « bizarre » je ne reconnais plus l’autre comme « humain » mais en marge.
L’humain n’est finalement bizarre que pour un autre humain qui cesse de le considérer comme humain.
Je sais, avec un peu d’expérience, que si Pierre dit :
« voilà ! » ce n’est pas pour rien.
L’autiste est comme nous dans ce qu’il dit. Ce n’est pas un perroquet. C’est moi qui dans cette rencontre suis un peu bizarre, disons un peu limité. Je suis bizarre de ne pas; comprendre tout de suite alors que lui est en lien avec une évidence qu’il ne juge pas utile de me transmettre car il n’a aucun doute me concernant. Il me pense sûrement suffisamment intelligent pour ne pas avoir à faire de commentaires.

Pour commander l’ouvrage suivre le lien :

Détails:
RAYON: Santé / Bien-être
Cet ouvrage s’adresse à un large public
Format : 14 X 21 cm
Prix TTC: 13,00 euros
ISBN 978-2-35107-135-9


Jean-Pierre Royol, Psychologie Clinicien

Psychologue, Psychanalyste, Art-thérapeute, Docteur en psychologie clinique, Formateur, Conférencier
40 années d’expérience dans les services hospitaliers
190 rue Saint-Charles, 75015, Paris
Téléphone bureau: 06 62 11 52 43
https://www.psycho-ressources.com/jp-royol.html

Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications, Thèmes Variés | Marqué avec , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur La cause de l’autisme (livre)

Mag VIVRE – 365 jours… 365 chances (juillet-août 2019)

Magazine VIVRE (JUILLET-AOUT 2019)
DOSSIER : 365 JOURS… 365 CHANCES
avec Marcia Pilote

ÉDITORIAL – Magazine VIVRE

Souriez à la Chance!
Ici, maintenant, là, tout de suite, au moment même où vous lisez ces quelques lignes, vous avez une chance qui passe… Tendrez-vous la main pour la saisir?

À qui la chance?
Ou êtes-vous de ceux qui restent recroquevillés sous les draps de la fatalité; qui croient que la chance c’est pour les autres; qu’il y en a qui sont nés sous une bonne étoile alors que d’autres sont nés avec un petit pain dans la main; qu’il y a ceux à qui la chance sourit, qui ont le pouce vert, qui font de l’argent comme de l’eau, qui sont heureux en amour, que tout ce qu’ils touchent se transforme en or… et qu’il y a vous!

Si oui, j’ai une petite nouvelle pour vous. Ce n’est jamais la chance qui sourit en premier. Elle ne fait que répondre aux sourires qu’on lui fait.

Alors, avis à tous les recroquevillés qui auraient l’envie de s’étirer, voici LA chance à saisir pour que vous puissiez enfin réaliser que personne ne vient au monde avec un petit pain dans la main!

Votre premier jour de chance
Déjà, juste le fait que vous êtes en train de lire, c’est la preuve irréfutable que vous êtes un des 7,7 milliards de chanceux qui a gagné à la grande loterie de la Vie. Quand on pense aux 200 millions de spermatozoïdes qui se sont affrontés dans un combat sans merci pour conquérir le cœur d’un ovule et vous donner la vie!

Imaginez la scène… 200 millions de prétendants, une cible en déplacement, une noirceur absolue, un GPS inexistant, sans oublier qu’il suffirait que la température ne s’élève que d’un tout petit degré pour que tous nos marathoniens à flagelle déclarent forfait. « Meilleure chance la prochaine fois! » Alors si vous respirez aujourd’hui, c’est que vous avez déjà eu la chance de votre côté et, que vous y croyiez ou non, elle y est restée! Vous en doutez?

Donner la chance au coureur
Si c’est la chance qui a présidé à votre naissance, pourquoi vous aurait-elle laissé tomber lorsque vous êtes né? « Basta… J’ai fait ce que j’avais à faire, maintenant débrouille-toi! » Mais non… La chance ne vous a jamais abandonné. Elle est encore ici, maintenant, là, tout de suite, au moment même où vous me lisez!

Et même si plusieurs d’entre nous avons tendance à déclarer forfait au premier retrait, elle, elle attend patiemment qu’on lui tende la main pour nous indiquer le chemin. Mais si on reste recroquevillé à se lamenter, on se prive soi-même de la chance de la voir se manifester.

Mettre toutes les chances de notre côté
En fait, le modus opérandi de la Chance me fait parfois penser à celui de la Gratitude. C’est gratuit, accessible à tous, sans exception, en tout temps, en tous lieux, en toutes circonstances et non seulement ça embellit tout ce que ça touche, mais ça augmente nos chances d’avoir encore plus de beau et de bon dans notre vie.

Et plus on réalise à quel point la chance est déjà présente dans notre vie, plus elle se multiplie : j’ai la chance de voir, d’entendre, de marcher, de lire, de travailler; j’ai la chance d’avoir des enfants et des petits-enfants; j’ai la chance d’avoir un toit, de la nourriture, de l’eau, un lit pour dormir… Chanceux un jour, chanceux toujours!

Aide-toi et la chance t’aidera
Mais la Chance possède quelque chose de plus que la Gratitude… Elle aime être provoquée! Par exemple : « J’ai déjà la chance d’être en bonne forme. Gratitude. Mais est-ce que je pourrais faire quelque chose pour avoir la chance d’être en grande forme? » Et là je passe à l’action, je pose un geste, je change une habitude, je bouscule la chance pour qu’elle relève le défi auquel je l’ai confronté.

Chaque jour qui passe, chaque minute même, je peux dire : « Aujourd’hui, je prends la chance d’améliorer ma vie en changeant telle façon de faire, de penser ou d’agir… » Pourquoi tourner le dos à cette chance-là?

Quand la chance passe, il faut la saisir!
Et si la malchance venait frapper à ma porte? Eh bien, j’aurai le choix! Me recroqueviller ou m’étirer. Car la malchance n’est rien d’autre qu’une chance qui s’est déguisée pour me provoquer. Je vais donc tendre la main et la saisir avec un beau grand sourire.

Lucie Douville
Rédactrice Magazine VIVRE

VERSION NUMÉRIQUE EN VENTE DIRECTEMENT SUR LE SITE DE VIVRE

Magazine VIVRE
(JUILLET-AOUT 2019)
DOSSIER :
365 JOURS…
365 CHANCES
avec Marcia Pilote

Chaque matin le soleil se lève sur une journée toute neuve, 24 heures qui ne se présenteront qu’une seule et unique fois dans notre vie…

24 heures non pas pour répéter encore et encore ce que l’on a déjà vécu, mais pour innover, créer, régler ce qui doit l’être, améliorer ce qui est, planifier ce qui vient, laisser tomber ce qui ne nous convient plus, nourrir ce qui nous inspire, en finir avec ce qui nous éteint…

Tout est possible. Il n’en tient qu’à nous d’en profiter !

Chaque nouvelle journée qui commence nous offre à toutes et tous une chance, celle d’améliorer tous les aspects de notre vie. Saurons-nous lui dire oui ?

À QUI LA CHANCE ?

Tel est le vaste et grandiose sujet que nous abordons avec MARCIA PILOTE dans ce tout nouveau dossier du Magazine VIVRE.

Dans ce dossier, VIVRE vous propose des réflexions sur…

  • LA VIE, C’EST MON MÉTIER… avec Marcia Pilote
  • TRANSFORMER SA VIE, UN PAS À LA FOIS ! avec Claude-Lucie Gagnon
  • POUR CHANGER ? IL FAUT D’ABORD SE RÉVEILLER… avec Rosette Poletti
  • DAME NATURE : PRÉCIEUSE ALLIÉE DE TOUS LES JOURS avec Pierre Lassalle
  • ÊTRE PARENT, UN JOUR À LA FOIS avec Manon Porelle
  • AIMER 365 JOURS PAR ANNÉE ? POURQUOI PAS ! avec Hélène Turmel
  • LA GRATITUDE ? C’EST MAGIQUE ! avec Ghislaine Labelle
  • SI AUJOURD’HUI EST UN JOUR DE PLUIE… avec Rose-Marie Moreno

AUSSI, DANS LE MAGAZINE VIVRE…

ALIMENTATION CÉTOGÈNE : Ma vie après le sucre… – Si on m’avait dit qu’un jour je cesserais de manger du sucre, des pâtisseries, de la confiture, et surtout du chocolat… je ne l’aurais jamais cru! Que mon gout change au point où le sucre et tous les éléments sucrés ne sont plus une source de plaisir, mais plutôt une agression que subissent mes papilles… inimaginable! Et pourtant…

CŒUR À CŒUR : Comment libérer nos émotions ? En redevenant comme un enfant de 3 ans ! Rencontre avec Dr Tal Schaller – En fait, c’est comme si on avait appris à grandir avec une armure sur le dos. Beaucoup de gens sont comme ça. Ils se promènent le dos courbé avec leur armure sur le dos. Ils disent la vie c’est dur, c’est lourd, j’ai mal aux épaules. Mais il faut enlever cette armure. Et dès qu’on l’enlève on redevient qui on est, des êtres joyeux, des enfants qui s’amusent. On va continuer d’apprendre nos leçons, parce qu’on est sur Terre pour ça, mais on va apprendre dans la joie, dans le plaisir, dans l’amusement plutôt que dans la compétition et la souffrance.

SANTÉ GLOBALE : MA PEAU : Ma protection, mon miroir – La peau est l’organe le plus grand de notre corps. Faisant partie du quatuor de nos organes éliminatoires, la peau vit, respire et élimine ses déchets et ceux de notre organisme. La santé de la peau débute de l’intérieur vers l’extérieur. S’appliquer une panoplie de crèmes en vue de « nourrir » la peau est, en partie, de la poudre aux yeux… C’est une façon de compenser le manque d’hygiène intérieure.

VIVRE À 2 : Se dégager pour mieux s’engager – Vous vivez une nouvelle relation amoureuse ou encore vous désirez vous ouvrir de nouveau à une vie de couple en rencontrant de nouvelles personnes? La première question à vous poser est : suis-je vraiment libre et disponible intérieurement de corps et d’esprit?

IL ÉTAIT UNE FOI : Le pire jour de ma vie… – Nous allons tous croiser, un jour ou l’autre, le pire jour de notre vie. Une fois ce jour venu, on doit garder solidement en mémoire que s’il est bien vécu, c’est notre vie tout entière qui s’apprête à changer pour le mieux.

ART DE VIVRE ET SPIRITUALITÉ : Et si je rentrais à la maison… – C’est une invitation pour ceux qui sentent l’appel du cœur de rentrer à la maison; ceux qui veulent passer du développement personnel au dépouillement de la personne; ceux qui souhaitent vivre le Grand Mystère que nous sommes au lieu d’essayer de le comprendre, de l’expliquer ou de l’analyser.

TRUCS ÉCOLOS – IDÉES BRILLANTES : VIVRE vous propose des trucs et astuces santé pour vous aider à améliorer la qualité de votre vie dans la simplicité de votre quotidien. Dans cette parution : Fleurir nos repas – Quelles sont les hormones du bonheur? – Poisson sauvage ou d’élevage? – Achetons local!

VIVRE AU QUOTIDIEN : La Vie est une école – Informer, c’est déjà très bien, mais mettre à la disposition des gens des outils concrets pour les aider à passer à l’action, sans avoir à escalader l’Everest, c’est encore mieux! Dans cet article vous trouverez donc des trucs simples, pratico-pratiques et faciles à intégrer dans votre quotidien. Ils vous sont offerts par les formateurs de la plateforme de formation en ligne Vivre au quotidien!

VIVRE est membre de Psycho-Ressources
https://www.psycho-ressources.com/toile/magazine-vivre.html


Publié dans Actualités de la Psychologie, Magazines, Publications | Marqué avec , , , , , | Commentaires fermés sur Mag VIVRE – 365 jours… 365 chances (juillet-août 2019)

Mon âme : Comment l’éveiller ?

couvert-mon-ameMon âme : Comment l’éveiller ?

de Pascal Foucault

Avec la contribution de
Gérard Guasch (Préface)

Éditions Chronique Sociale

SOMMAIRE

L’âme, donner un sens actuel à ce vieux mot que Paul Valéry appelait « souffle » sera notre mission. Sortir de la guerre voulue par l’Église entre corps et âme, pour rentrer de plain-pied dans l’univers psychique de l’individu. Cette plongée dans l’unité fonctionnelle du vivant, c’est-à-dire dans la psychosomatique de l’individu, est guidée initialement par les travaux de Wilhelm Reich, le père des psychothérapeutes pratiquant le psychocorporel mais aussi supervisée par l’auteur de l’analyse reichienne, le Dr. Gérard Guasch. Moins un « souffle » qu’une sensation, une perception, une émotion ou encore une intuition, l’âme se trouve dans le registre de tout ce qui anime l’individu.

Cette réflexion fait suite au premier ouvrage, Mon corps, le comprendre pour le préserver. Dans cet ouvrage, les cuirasses musculaires ont été largement abordées avec leur lot de biopathies. Ici, dans Mon âme, comment l’éveiller ? sont approchées les six cuirasses caractérielles avec leurs tensions, menaces et blessures associées sans oublier le caractère sain. Mais, qu’est-ce qu’une âme saine ? Qu’est-ce qu’une psyché saine ? Puis-je en sentir la présence ? Puis-je en faire l’expérience ? De multiples vignettes cliniques viennent illustrer le propos. L’auteur propose de nombreuses pistes d’éveil qui vont de l’ascèse à la méditation en passant par l’accroissement de sa capacité attentionnelle. Mais bien d’autres fruits viennent nourrir cette âme…

Enfin, l’âme prend corps…

L’AUTEUR

Pascal Foucault, psychosomatothérapeute, analyste reichien, membre du Cercle d’études Wilhelm Reich, membre titulaire de la Fédération française de somatopsychothérapie et de somatothérapie, membre de la Fédération française de psychothérapie et de psychanalyse exerce en cabinet (en individuel, couples et groupes) à Besançon. Egalement chroniqueur depuis plus de vingt ans sur la radio RCF Besançon. L’approche de l’auteur est une approche holistique et tripartite : corps, psyché et esprit. Approche explicitée dans trois ouvrages : Mon corps (T1), Mon âme (T2), et Mon énergie spirituelle (T3) (Chronique sociale).

Pascal Foucault est membre de Psycho-Ressources:
https://www.psycho-ressources.com/pascal-foucault.html

Site web de l’auteur:
http://coeuracorps.info

DÉTAILS

Broché: 108 pages
Editeur : Chronique Sociale (1 novembre 2018)
Collection : Comprendre les personnes
Langue : Français
ISBN-10: 2367175500
ISBN-13: 978-2367175508
Dimensions du produit: 22 x 0,6 x 14,8 cm

COMMANDE
https://www.amazon.fr/Mon-âme-léveiller-Pascal-Foucault/dp/2367175500

Autre ouvrage du même auteur:
Mon corps – Le comprendre pour le préserver
SOMMAIRE: « Mon corps, ce lieu commun qui n’intéresse que moi ? On n’a jamais autant parlé du corps. Mais alors pourquoi continue-t-il d’être si ignoré, si oublié, si agressé ou encore malmené ? Pourquoi ma réponse est souvent la résignation ? Pourquoi j’abandonne si vite mes rêves ? Pourquoi mon corps continue-t-il de se contracter, de se tendre ? De contractions en contractions face à mon environnement, et sans m’en apercevoir j’enfile une cuirasse (nos grands-mères auraient dit un corset). Et cette cuirasse, elle serre, elle serre, elle serre… C’est devant un « danger » que mon corps se contracte. Quels sont ces dangers qui s’inscrivent sur mon corps, qui s’impriment dans mon corps ? D’après W. Reich, on peut distinguer sept anneaux de tension correspondant à sept parties de mon corps créant une ou des blessures singulières analysées au fil de ce livre. À chaque partie, des réponses sont proposées, des exercices sont suggérés. Cet ouvrage est un livre singulier mais original sur l’approche psycho-socio-corporelle de l’Homme. (New – 07/07/2019)
https://www.psycho-ressources.com/blog/mon-corps/

Publié dans Actualités de la Psychologie, Livres, Publications | Marqué avec , , , , , , , | Commentaires fermés sur Mon âme : Comment l’éveiller ?