La bibliothèque de psychologie de Psycho-Ressources

 Suivez nous !  

LinkedIn

Twitter

Facebook

LinkedIn Twitter Facebook
.

Restez informé !

.
psychologue, psychothérapeute, psychanalyste
Trouvez un psy sur le Web !


PAR RÉGIONS DU QUÉBEC


Abitibi-Témiscamingue
Bas-Saint-Laurent
Centre-du-Québec
Chaudière-Appalaches
Capitale-Nationale
Estrie
Lanaudière
Laurentides
Laval
Mauricie
Montérégie
Montréal
Outaouais
 

..

psychologues & psychothérapeutes, Paris

TOUS LES PSY DE PARIS...


QUELQUES OUTILS


Service de référence
Bulletin d'information
Qui sommes-nous?
Inviter un(e) ami(e)
...

Vous êtes un psychologue, un psychothérapeute ou un professionnel de la psychologie?
Devenez membre !
.

Trouver de l'espace en soi

Par Marielle Paradis, Psychologue  Membre Psycho-Ressources

AU CENTRE ESPACE CONSCIENCE
RECHERCHE, ENSEIGNEMENT ET PRATIQUE
825 Querbes, suite 228, Outremont, Canada. 
Email: espace.conscience@gmail.com  Web: http://centreespaceconscience.com 

.
Il n'est pas si difficile de méditer

Plus nous prenons de plaisir dans l’expérience de la pleine conscience, plus il est facile de constater que, méditer, c’est bien davantage plus une façon d’être qu’une façon de faire. Bien plus qu’un exercice cognitif dans la pratique de l’attention centrée sur un point, mais une route vers soi. Apprendre à se détendre dans la simplicité du moment présent, être là, à l’écoute de notre vie, c’est ce qu’on appelle la pleine conscience. Plutôt que d’agir à la surface de notre être, en fonction de comportements soit réflexes, conditionnés ou appris, on y découvre, progressivement et spontanément pour certains, un espace illimité en soi, qui nous permet paradoxalement de rester de plus en plus centrés et présents à ce qui est, et, avec la pratique, en toutes circonstances. Cette ouverture amplifie notre sentiment de vitalité, de connexion à l’univers, de créativité et de fluidité avec soi, les autres et la vie. À partir de cet espace en soi et de ce focus sur ce qui se vit au présent, mille possibilités s’offrent à nous selon la finesse de notre présence et sa clarté. Cet équilibre de la conscience permet une meilleure régulation émotionnelle face aux diverses situations qui jalonnent notre vie, vers une plus grande harmonie des forces en jeu, et ce, en fonction de nos valeurs et de notre sagesse profonde. 

«
Vivre en pleine conscience, c’est embrasser sa vie dans toute sa richesse 
en y trouvant un espace pour grandir tant en force qu’en sagesse.
» *

* Jon Kabat Zinn, fondateur de la Clinique de Réduction du Stress (Stress Reduction Clinic) et le centre pour la pleine conscience en médecine (Center for Mindfulness in Medicine, Health Care, and Society) de l'université médicale du Massachusetts.
.

Neuroscience et Pleine Conscience

Malgré l’avancée des neurosciences et des techniques en imagerie fonctionnelle (IRMf, EEG, TEP…) et structurelle (PET scan, IRM…), on en sait encore peu sur la façon dont notre cerveau produit nos pensées, nos émotions, notre conscience, à savoir comment se fabrique notre esprit. Et ce travail ne se fait pas que dans un seul sens. En fait, on ne sait pas plus comment notre esprit, sous l’effet de nos pensées, efforts et apprentissages, ira à son tour modifier biologiquement notre cerveau ? C’est ce qu’on appelle la « neuroplasticité ». Cette théorie suggère que nos expériences puissent changer à la fois la structure anatomique du cerveau et son organisation physiologique. Non seulement durant l’enfance comme nous le croyions il y a quelques décennies, mais la vie durant. 
.

La science a longtemps cru que les réactions émotionnelles étaient des aptitudes statiques qui ne changeaient pas beaucoup avec l’âge. Certaines stratégies psychothérapeutiques, notament celles qui s’inspirent des techniques de la pleine conscience, de la thérapie du lien ou des approches cognitives comportementales peuvent en fait modifier le fonctionnement et parfois même l’anatomie du cerveau. On peut donc utiliser notre esprit pour activer, par nos états mentaux ou certaines de nos activités, nos circuits neuronaux en les renforcent un peu plus chaque fois et vice versa. Cela devrait être une bonne raison de continuer nos efforts pour ne pas oublier de nous relaxer au présent en toute conscience, au moins une fois par jour et selon le moment qui nous convient. Et vaut toujours mieux quelques minutes que pas du tout. 

Les neurones s’activent…

Quand les neurones s’activent, ils se raccordent ensemble, c’est-à-dire que l’activité mentale crée des liens et de nouvelles structures neuronales (Hebb, 2011). Les études de Lutz, Rawlings et al. (2004) sur les moines bouddhistes expérimentés plongés dans une profonde méditation illustrent très bien ce phénomène. De remarquables états cérébraux ont été observés en relation avec de remarquables états mentaux. Les moines produisaient en méditant un ratio trente fois plus élevé du rythme oscillatoire des bandes gamma que ne le montrait l'EEG d’étudiants non expérimentés. De fait, même un programme d’entraînement de huit (8) semaines chez les novices peut modifier le fonctionnement du cerveau, et ce, de manière permanente. 

L’apprentissage du piano, d’un sport, d’une langue ou la pratique de la méditation changent, par la répétition, notre cerveau ; et réciproquement celui-ci nous change. En somme, la relation entre la matière de notre cerveau et notre conscience, entre nos structures cérébrales et la nature de nos expériences conscientes laisse ses traces, tel que démontré, mais si elle est loin d’être tout à fait comprise. Cela fait place à un grand respect en ce qui a trait à l’énigme de la nature même de notre conscience et de sa transcendance possible. Cette transcendance, ne peut, scientifiquement parlant, être exclu en tant que possibilité, selon l’état de la connaissance actuelle. La notion de « qualia » c’est-à-dire les effets subjectifs ressentis et associés de manière spécifique à nos états mentaux, la part ineffable de nos expériences qui nous fait goûter l’existence, nous échappe en partie malgré l’avancée des connaissances. 

Croquer dans une belle pomme juteuse, humer le doux parfum du lilas ou, mieux encore, être envoûté par l’euphorique sentiment d’aimer, cela peut-il vraiment s’expliquer par la seule activité cérébrale ? 

Si oui, quelle serait donc la profondeur de ces activités neuronales ? 

Certains chercheurs s’interrogent sur les mystères de notre cerveau et de nos états mentaux !

Pourquoi donc ne pas les cultiver pour notre santé et notre bient-être, ? 

Qui sait tous les bien-faits que nous pourrions en retirer ! ...

.
Par Marielle Paradis, Psychologue
Membre Psycho-Ressources

AU CENTRE ESPACE CONSCIENCE
RECHERCHE, ENSEIGNEMENT ET PRATIQUE
825 Querbes, suite 228, Outremont, Canada. 
Email: espace.conscience@gmail.com  
Web: http://centreespaceconscience.com
.
.