Lettre ouverte d’un psy aux adolescents

Lettre ouverte aux adolescents

Prenez un cap inspirant, et devenez flexible sur le chemin de la vie.

Éditions Kindle

Par Henri-Pierre Bru
Praticien certifié en psychothérapie

SOMMAIRE

Ce livre s’adresse aux adolescents, qui désirent dessiner un cap épanouissant dans leur vie. L’auteur y donne des éclairages issus de sa propre adolescence, et des pistes issues de son expérience de psy et de méditant pour éviter les écueils de nombre d’adolescents qui cherchent une épopée, au lieu de chercher la quiétude. D’ailleurs quand on vise la quiétude, une épopée de belles rencontres apparaît …

UN MOT DE L’AUTEUR

Cet ouvrage mélange un peu ma biographie avec mon regard de psy ou mon regard général sur l’adolescence, pour illustrer des impasses, des recherches inutiles ou bienfaisantes, selon, avec ma propre traversée de l’adolescence, mon expérience de la méditation, celle-ci sous un aspect très général, et ma vision de la thérapie, de la spiritualité et de l’écueil de ses extrêmes, le couple aussi, et surtout pour donner envie aux préadolescents et adolescents de rejoindre des groupes de parole, pour expérimenter la symbiose avec les autres, et la sortie de la symbiose tout en profitant de la vitalité d’être au contact et au sein d’un groupe, tout en restant soi-même… Vaste sujet…

EXTRAIT

Chapitre 3 : L’adolescence, se sentir reconnu dans sa particularité ?

 » Je reprends mon récit de vie.
A 12 ans, je tombe amoureux, et je deviens fou…
Je dirai poétiquement que j’ai vécu 1000 vies à l’adolescence…

De 13 à 23 ans, j’ai mené une guerre contre moi même, plus féroce que bien des guerres extérieures, j’ai failli y perdre la vie à plusieurs reprises.
S’impose alors à moi une quête de sens de la vie qui ne me quittera plus pendant longtemps. A cette période je me disais, que, si je trouvais un moyen d’aller plus vite que la pensée, je pourrais peut-être passer de l’autre côté du miroir et trouver le sens de la vie…

Ce sens de la vie, qui est propre à chacun, est à mes yeux un mélange de confiance en soi et d’ajustement. Quand l’un manque, le bateau est déséquilibré. Ainsi si je cherche à m’ajuster, mais avec peu de confiance, je ne fais que répéter des ajustements, mais sans les approfondir. Si j’ai confiance en moi, mais ne peut m’ajuster, je tourne en rond dans mes tentatives de relations sociales.

Un peu avant mes 13 ans, je me rends à la « fête de l’humanité », et alors que je bois quelques bières depuis quelque temps pour ne pas ressentir mon mal-être qui a surgi à la préadolescence, on me propose, pour s’étourdir plus vite, une pastille de LSD qui s’avèrera surdosée. Et après m’avoir fait passer par un rire inextinguible, cela me fait passer par un effroi indescriptible, puis un coma de quelques heures, au beau milieu de la nuit que je passe sur place, par terre, au milieu d’un champ dans l’enceinte de cette fête.

Et cela m’a obligé par la suite à surcompenser avec mon cerveau droit, c’est-à-dire voir globalement les choses, être en mouvement, rêver, être intuitif. Bien entendu, un équilibre des deux cerveaux est idoine et devrait être recherché par tout un chacun, car c’est de cet équilibre que peut ressortir l’harmonie à l’intérieur de soi et dans sa vie.

Si l’on croit à une cause derrière toute situation, devais-je apprendre l’humanité, et couper avec toute velléité de forcer pour vivre en paix ?
Passé mes 13 ans, commence alors une descente aux enfers, au cours de laquelle je me pose souvent la question si la vie vaut la peine d’être vécue. Quand on est diminué, tremblotant, est ce que la vie vaut la peine? Toute la question des idées noires, des déceptions, des traumatismes, petits ou grands, m’ont assaillient. Je crois que vouloir écourter sa vie est avant tout un ressentit de rejet et d’éloignement douloureux avec les autres. Quand on des pensées très noires, Il est bon de s’ouvrir à une personne de confiance.

A propos de la famille, je voudrai apporter un éclairage sur l’attitude différente de tout parent, en fonction de chacun de ses enfants, quand il, ou elle, a eu plusieurs enfants : on est d’un côté, « accroché différemment suivant les yeux de chacun de nos enfants », parce que chaque enfant est différent ; et de l’autre, un parent est dans une phase différente de sa vie pendant l’âge tendre de chaque enfant. De fait, a eu des circonstances de vie, induisant des comportements différents vis-à-vis de chaque enfant.

Et puis je voudrai apporter un éclairage sur les rivalités et les jalousies au sein des familles : quand je vois une famille en difficultés d’entente ou de communication, cela dépasse bien souvent l’entendement des parents, car un enfant qui a eu plus d’attention que les autres va faire l’objet de jalousie de la part de ses frères et sœurs, mais souvent les rôles induits par les parents dans leur rapport avec leurs enfant ne sont pas conscients. De mettre à jour ces rôles permet généralement à l’harmonie de revenir petit à petit. La famille, lieu de grande proximité entre ses membres, est aussi le lieu où les plus grandes vulnérabilités se dévoilent, le jugement n’est alors pas bon conseiller pour avancer dans ce cheminement de la proximité.  » […]

L’AUTEUR

Henri-Pierre Bru est Praticien en psychothérapie certifié en thérapie analytique et courants humanistes: Analyse transactionnelle, Gestalt, Systémique par le CERFPA (4 années d’études suivie d’un mémoire de 100 pages rédigé en Analyse Transactionnelle , équivalent à un DESS)

Sujet de mémoire de fin d’études: « L’expression en thérapie des émotions non exprimées de l’enfance, notamment celles antérieures à l’âge de 5 ans.«
Stage de fin d’études avec un psychanalyste Lacanien, lors de cohésions d’équipes au moyens de protocoles sur le langage et la thérapie systémique.

  • Maître praticien en PNL, Michelle Noëlle et Josiane de Saint Paul.
  • Analyste transactionnel (certifié 101 et groupe avancés AT2), Atorg et Gilles Pellerin
  • Formation en Coaching, International Mozaique en coaching
  • Certifié test CGP (centre de gravité professionnelle)
  • Praticien en DEMOKA : Mouvements oculaires, Gilles et Pascale Placet
  • Formé aux constellations familiales avec Gérard Fossat
  • Formation « Projet Sens et décodage biologique » avec Salomon Sellam
  • Kinésiologie Corps Mémoire Françoise Tainon, formation théorique et expérientelle en groupe
  • Nombreux stages de développement personnel et d’expérimentation de méthodes de thérapie
  • Certifié Psy en mouvement.

Membre de Psycho-Ressources

Commandez sur Amazon


Ce contenu a été publié dans Actualités de la Psychologie, Publications, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.