La bibliothèque de psychologie de Psycho-Ressources

authentique

Le Centre l’Authentique & Georges-Henri Arenstein
présentent
« Rencontres »
De la scène à la conscience de soi
| Page de Georges-Henri Arenstein, Psychologue |
St-Jean-sur-Richelieu et Montréal, Québec, Canada
NOTRE TROUPE SE DÉPLACE SUR DEMANDE
Centre l’Authentique
Services psychologiques aux personnes et aux entreprises
Site: http://www.authenticite.qc.ca  Téléphone : 1-877-346-2577

Rencontres
De la scène à la conscience de soi

La vie quotidienne, avec son lot de plaisirs et de souffrances, nous offre son bagage de surprises et de détours. La vie et la mort s’entrecroisent à chaque instant et l’intensité des moments vécus autant que l’apparente banalité du quotidien ne permettent pas toujours à la conscience de comprendre et d’intégrer les multiples facettes de l’existence. Pour y arriver, il suffit peut-être de s’asseoir, d’écouter et de regarder avec son cœur. Et si chaque situation de vie était pour nous une invitation à nous redonner un élan vers l’essentiel ? 
Georges-Henri Arenstein

Comme notre titre pluriel l’indique, nous vous invitons ici à plusieurs rencontres. D’abord, une rencontre avec le théâtre pour le simple plaisir de partager entre nous un bon divertissement. Ensuite, une autre rencontre avec la condition humaine dont les difficultés autant que les joies s’expriment clairement dans les scènes que nous avons sélectionnées. Et puis aussi une rencontre avec vous-même à travers les sentiments qu’éveilleront en vous le jeu des acteurs, les traits de caractères des personnages et la musique. 

À travers toutes ces rencontres, nous espérons amener le public à ressentir les choses avant de les penser, à ouvrir les yeux sur le caractère universel de la souffrance, et à se poser les questions qui lui permettront peut-être de transformer les difficultés d’être en joie de vivre. C’est pourquoi nous vous proposons de rester avec nous quelques minutes après la représentation pour une rencontre avec la troupe, un moment d’échange et de discussion portant sur vos impressions. Nous vous invitons à une réflexion féconde et nous vous souhaitons bien du plaisir.

Programme

1. L’Avare, Molière (Acte II, scène 5) 

À profiteur, profiteuse et demi. Espérant obtenir les faveurs du très avare Harpagon, Frosine flatte son ego et lui fait miroiter un rêve inaccessible. Une démonstration subtile de l’art de la manipulation et de l’esquive. Molière, ou Jean-Baptiste Poquelin de son vrai nom, malgré des études de droit, devient saltimbanque. Après quinze ans de vaches maigres, il fait partie des protégés de Louis XIV et s’établit à Paris. Molière a écrit et joué nombre de critiques sociales déclinées sur le mode de l’humour.

2. Je suis à toi, Judith Thompson (Scène 6) 

Je t’aime, je te hais. Pour Dee et Mackie, il semble ne pas y avoir de frontière entre amour et haine. Au milieu de la nuit, le couple se bat et se débat avec cette terrible réalité. Un texte poignant révélant les visages grimaçants de la dépendance affective. Écrivaine dramatique née à Montréal, Judith Thompson est plutôt connue pour son humour noir et ses visions cauchemardesques. Enseignante dans une université ontarienne, elle a été scé-nariste pour plusieurs films de Léa Pool.

3. Moi j’trouve ça drôle, Georges-Henri Arenstein (Monologue)

Pourquoi les Noirs et les Blancs peuvent plus s’asseoir sur les mêmes bancs ? Pour éviter de susciter la colère des Blancs, pendant quelques mois et dans plusieurs villes du sud des États Unis, il était interdit aux enfants noirs d’accéder à l’école. La candeur d’un enfant noir des années soixante et les affres du racisme aux États-Unis. Un portrait assez saisissant d’une époque et d’un esprit qui laissent encore bien des séquelles amères aujourd'hui. Georges-Henri Arenstein a écrit ce texte en 1970 lorsqu’il était étudiant au Mexique, l’université étant un des rares lieux où Américains, Blancs, Noirs, Mexicains et Européens se côtoyaient joyeusement. Le texte a été remanié en 2003 et en 2005.

4. Homme d’hier, femme d’aujourd’hui, Sacha Guitry (Comédie en un acte)

Il a plus de quarante ans et est vieux jeu. Elle a vingt ans et est moderne. Ils s’aiment fort mais ils ne se comprennent pas. Vont-ils s’entendre ? Les nombreux pièges de la relation amant-maîtresse sont amplifiés par le fossé des générations. Chacun dit ce qu’il pense et comment il aimerait voir l’autre. Plaire à l’autre tout en respectant ses valeurs : un vieux débat toujours d’actualité. Acteur, auteur dramatique et cinéaste français, Sacha Guitry est mort en 1957 laissant derrière lui 32 films, 124 pièces de théâtre, une quantité importante d'écrits, de pensées, de réflexions, de mots d'esprit, de souvenirs, de dessins et de vers. Ses œuvres incarnent l’esprit parisien aussi cultivé que sarcastique.

5. La fin de la civilisation, George F. Walker (Comédie dramatique)

Quand humiliation et colère sont poussées à la limite du supportable. Confrontés aux problèmes financiers et à une misère grandissante, Lily et Henry en viennent à des propos douloureux et même violents. Cet extrait est tiré de Motel de passage (une des six parties de La fin de la civilisation) et se déroule dans la chambre d’un vieux motel délabré en périphérie d’une grande ville.

6. Le singe Henri, Madeleine Chapsal (Monologue)

Elle raconte son aventure de princesse. La princesse plaît, mais l’aventure finit mal. Elle donne du plaisir… mais elle sait en prendre aussi ! Madeleine Chapsal, française, est née en 1925. Elle est écrivaine et journaliste et nous décrit la réalité toute nue, telle qu’elle la voit et telle qu’elle la vit : à la fois poétique et meurtrière, féroce et tendre. Membre du jury Fémina, elle a écrit de nombreux romans, récits, poèmes et essais qui lui ont conquis un très vaste public. Ce poème est extrait de Paroles d’amoureuse.

7. Une vilaine femme brune, Sacha Guitry (Comédie en un acte)

Je devine tes intentions… même si tu cherches à me les cacher. Une femme tire son mari aux cartes afin de chercher à savoir s’il la trompe. Une brillante démonstration de comment celui qui tend un piège risque de tomber dedans, surtout s’il se laisse emporter par ses émotions. Un Sacha Guitry délicieusement impertinent.

8. Le plus long des voyages, Hélène Tardif (Monologue)

Que se passerait-il si j’ôtais ma cuirasse ? Un homme raconte son parcours dans la recherche de sa vérité. Il se bat, s’expose, se protège, tombe, se relève, tombe encore. Finalement, il ose s’exposer à ses propres émotions. Toute la beauté d’une courageuse quête de liberté intérieure. Quand Hélène Tardif n’exerce pas son métier d’infirmière en cardiologie, elle écrit. Ses contes, récits et monologues comportent souvent une dimension spirituelle qui nous va droit au cœur et qui nous apporte une leçon de vie.

9. Une lettre bien tapée, Sacha Guitry (Comédie en un acte)

Je te dis ce que je veux te dire, sans te le dire… tout en te le disant. Un marché se conclut entre un voyageur et la dactylo de l’hôtel où il est descendu grâce à une lettre qu’il lui dicte. Par son truchement, chacun y trouvera à sa manière le moyen d’assouvir son désir. Un clin d’œil un peu acide sur la comédie humaine, le pouvoir de l’argent et les stratégies de séduction. La légendaire misogynie de Guitry s’exprime ici pleinement : la femme y est présentée comme une créature un peu sotte et très facile à manipuler, mais pourtant elle sait fort bien comment s’y prendre.

10. Je sais que tu es dans la salle, Sacha Guitry (Comédie en un acte)

Entre douceur des illusions et dureté de la vérité, nos cœurs balancent. Une chanteuse, au moment de débuter son spectacle, est bouleversée et incapable de sortir le moindre son car on l’a informée que son amant, qu’elle a quitté le matin même, est dans la salle ! Elle change son plan et, au lieu de chanter, elle décide de lui adresser un savoureux monologue sans savoir où il est assis et sans se soucier du public. Les affres de la rupture amoureuse, l’intuition féminine et les risques du mensonge sont présentés dans un contexte de relation fragile ou la complexité de l’âme humaine se dessine à travers une apparente légèreté et un cynisme de bon aloi.

Mise en scène & direction générale
Georges-Henri Arenstein

Production & réalisation
Le Centre l’Authentique & Le Théâtre de la grande rencontre
- www.authenticite.qc.ca  
- authenticite@qc.aira.com 
1-877-346-2577

..

Ce texte est la propriété de Georges-Henri Arenstein, psychologue. Toutes reproductions sans l'autorisation de l'auteur est interdite. 
Conception et mise à jour  A. Rioux - PSYCHO-RESSOURCES - Tous droits réservés.