La bibliothèque de psychologie de Psycho-Ressources

.

LES ÉMOTIONS
Par Marie-Claude Roy, Psychologue, Psychothérapeute
Montréal, Québec, Canada
Voir ma page Psycho-Ressources

.
LES ÉMOTIONS

Les émotions font partie de la vie. Elles nous sont données. On peut d’une certaine façon considérer les émotions comme la partie émergente de ce qui se passe en nous, comme un signe ou un signal qu’il faut lire et qui nous informe de la façon dont nous vivons intérieurement ce qui nous arrive.

Ennui, peine, plaisir, colère, tristesse, etc, ont en effet une fonction de guide. Elles nous sont données pour nous orienter et nous aider à maintenir un équilibre personnel. Elles nous indiquent que nous vivons un inconfort, un malaise ou un état de satisfaction et que nos besoins et nos désirs sont plus ou moins comblés.

Dans les meilleurs cas, on arrive à vivre ses émotions et à composer avec les hauts et les bas de la vie. On se réjouit lorsqu’un événement heureux survient, on vit de la peine et de la tristesse lorsqu’on perd quelqu’un ou quelque chose auquel on tient et un sentiments d’irritation et de colère lorsque les choses ne vont pas comme on le désire. 

L’émotion a son rythme. Elle se retire lorsque l’équilibre est rétabli, fait place à une autre. Une forme de respiration. Elle sert en fait de guide à partir desquels on effectue ses choix et oriente ses actions. 

Imaginons une situation. Une collègue de travail vous fait depuis quelque temps des commentaires désagréables et vous parle sèchement. Dans le feu de l’action, vous ne ressentez qu’un malaise, qui, lorsque vous vous y attardez se révèle être un mélange de peine et de colère. Vous hésitez un peu…Exagérez-vous…Devenez-vous hypersensible…Pourtant non, les commentaires sont blessants et vous ne voulez pas que cela se répète. Vous prenez donc le parti d’en parler avec l’intéressée. Serez-vous bien reçue ? Aurez-vous à effectuer un rappel et envisager d’autres actions ? Dans tous les cas votre malaise vous aura servi à identifier que vous ne vous sentez pas bien dans la situation, que votre équilibre personnel est perturbé, information à partir de la quelle vous pouvez prendre des décisions. 

Il peut cependant être « tentant » de ne pas tenir compte du malaise qu’on ressent et se dire « qu’on est plus fort que çà », que « çà n’est pas si grave », et essayer d’aménager la situation en espérant éviter d’éventuelles perturbations. C’est là prendre un parti qui, à plus ou moins long terme peut résulter en un brouillage ; ce qu’on ressent devient plus confus, on s’éloigne de soi. Plus l’éloignement sera prononcé, plus on fait taire cette voix à l’intérieur de soi, plus les frustrations, peines, déceptions etc, risquent de s’accumuler et de se manifester de manière inappropriée. On devient tendu, irritable, et un beau matin une peccadille va provoquer une explosion de colère…à la mesure de tout ce qui n’a pas été réglé jusque là. On se demande ce qui nous arrive. Il faut alors remonter la filière et le travail de décodage sera d’autant plus long et plus ardu qu’on a laissé s’accumuler une émotion puis une autre…sans en tenir compte.

Là comme ailleurs, la prévention est de rigueur. La santé psychologique, tout comme la santé physique a son métabolisme et les émotions font partie des outils dont on dispose pour maintenir un équilibre. 


Par Marie-Claude Roy, Psychologue, Psychothérapeute
Montréal, Québec, Canada
Voir ma page Psycho-Ressources

..

Ce texte est la propriété de Marrie-Claude Roy. Toutes reproductions sans l'autorisation de l'auteur est interdite. 
Conception et mise à jour  A. Rioux - PSYCHO-RESSOURCES - Tous droits réservés.