La bibliothèque de psychologie de Psycho-Ressources

.

Méditation de pleine conscience (mindfulness) (TCC) 

Par Marie-Paule Dessaint, Ph. D.  Coach de vie, auteur
| Page Psycho-Ressources


Extrait du livre:

Pour un sommeil heureux
Toutes les stratégies pour apprivoiser le sommeil
Éditions Le Dauphin Blanc

Par Marie-Paule Dessaint, Ph. D. 

Pour un sommeil heureux rassemble de façon simple, pratique et méthodique, les connaissances actuelles sur les infinis pouvoir du sommeil et sur ses troubles. 

Sommaire et table des matières


Méditation de pleine conscience (mindfulness) (TCC) 

Au nombre des options non chimiques aux médicaments et tout particulièrement aux psychotropes utilisés pour calmer et réduire l’angoisse, l’anxiété, le stress chronique, les idées noires et négatives, les ruminations, les jugements, les tendances dépressives ainsi que nombre de problèmes de santé qui empoisonnent le quotidien et nuisent au sommeil, la MBSR et la MBCT sont en train de se hisser au sommet des thérapies comportementales et cognitives (TCC). 

La MBSR, c’est la réduction du stress basée sur la pleine conscience (en anglais Mindfulness based stress reduction) alors que la MBCT, une variante de la MBSR, c’est la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (en anglais Mindfulness based cognitive therapy). 

La MBSR est une technique thérapeutique de gestion du stress et par conséquent aussi de réduction de très nombreux problèmes physiques et bien sûr de l’insomnie. Mise au point par le psychologue et biologiste Jon Kabat-Zinn, elle s’inspire à la fois du yoga, du zen et de la méditation vipassana. La méditation vipassana ou «vision pénétrante» consiste à observer en pleine conscience nos pensées, nos émotions et nos sensations corporelles afin de calmer notre intellect. Quant à la MBCT, il s’agit d’une thérapie cognitive dont l’objectif principal est d’éviter les rechutes dépressives. Elle est également efficace chez les personnes incommodées par des acouphènes (bourdonnements d’oreilles). Cette technique a été mise au point par le psychologue Zindel V. Sefal et ses collaborateurs Mark G. William et John D. Teasdale.

Vous n’avez pas besoin d’être malade, dépressif, stressé ou insomniaque pour attendre de vous initier à la MBSR et à la MBCT. Comme le dit si bien ce proverbe «Mieux vaut prévenir que guérir». Lisez ce qui suit et vous serez convaincu !

Des bienfaits physiques et psychiques incomparables 

Bien exécutées, toutes les techniques de relaxation et tout particulièrement de méditation (yoga, chi-Kong, méditation, méditation de pleine conscience, etc.) ont un effet bénéfique spectaculaire sur le corps et sur l’esprit. Ces effets ont été maintes fois mis en évidence par des médecins, des chercheurs et des psychologues. En voici quelques uns : accentuation des effets des traitements thérapeutiques (cancer, troubles gastriques et intestinaux, fibromyalgie, etc.), réduction de l’intensité des douleurs chroniques et de la détresse qu’elles occasionnent, participation à la guérison des problèmes de peau, par exemple le psoriasis. 

La méditation permet aussi de réduire de moitié les symptômes de l’anxiété et les risques de rechute dépressive. Elle stimule l’activité des zones du cerveau gauche responsables des émotions positives et atténue les effets du stress, les pensées négatives et les ruminations typiques des états anxieux et dépressifs. Elle permet de mieux contrôler des crises de colère et de boulimie (impulsivité) ainsi que la tendance au perfectionnisme. 
Et ce n’est pas tout comme vous le constaterez à la lecture des pages qui suivent.

Quand le calme adoucit le sympathique

Tous les bienfaits que je viens d’énumérer sont possibles car la méditation de pleine conscience (mindfulness), tout comme la cohérence cardiaque d’ailleurs, permettent de mobiliser le système nerveux parasympathique (le calme, appelé aussi système vagal) pour qu’il ralentisse le système nerveux sympathique (le nerveux, autrefois appelé orthosympathique). L’objectif est d’atteindre l’équilibre entre ces deux indispensables systèmes afin qu’ils travaillent en collaboration et en opposition pour nous assurer une meilleure santé, physique et psychologique.

Les systèmes nerveux sympathique et parasympathique forment le système nerveux autonome (ou neurovégétatif). Le système nerveux autonome intervient dans nos fonctions vitales automatiques : respiration, digestion, sécrétion d’hormones, circulation sanguine, excrétion, etc. Il est donc responsable de notre équilibre interne. Nous ne pouvons pas le commander volontairement à moins de trouver un subterfuge comme l’a bien expliqué le Dr David O’Hare dans la rubrique cohérence cardiaque, p. 101, lorsqu’il a fait mention au «Cheval de Troie.»

Dans le système nerveux autonome, les systèmes sympathiques et parasympathiques travaillent de façon opposée, mais sans se superposer, comme le montre le tableau plus loin. 
Le sympathique prépare l’organisme à l’action et au travail intellectuel ainsi qu’à la fuite ou à la lutte en cas de danger ou de stress intense, alors que le parasympathique apaise et ralentit tout le monde ! 
Par exemple, sous l’effet de la colère, de l’irritation, de la peur, des ruminations et des anticipations anxieuses, le sympathique sécrète les hormones du stress et provoque diverses réactions sur les organes. C’est aussi un grand consommateur d’énergie comparativement au parasympathique qui cherche plutôt à l’économiser et à la restaurer en ralentissant les fonctions de l’organisme. Sous l’influence du parasympathique, l’état émotionnel s’apaise. 

Lorsque le sympathique est trop stimulé, le sommeil devient plus difficile et les rêves plus houleux, alors que le parasympathique favorise un sommeil davantage réparateur et des rêves plus calmes.
Si le parasympathique ne peut remplir son rôle convenablement, par exemple lorsque nous avons laissé les choses durer trop longtemps (le stress, etc.), nous «perdons les pédales» (colère, détresse, dépression, etc.). Notre organisme s’use alors prématurément, notre système immunitaire s’affaiblit et la maladie se met aussi de la partie. C’est alors que des techniques comme la cohérence cardiaque ou la méditation de pleine conscience peuvent entrer en jeu.

Par Marie-Paule Dessaint, Ph. D. (Québec, Canada)
Coach de vie, auteur, spécialiste des transitions de vie et de la retraite
|
Page Psycho-Ressources

Extrait du livre:Pour un sommeil heureux
Sommaire et table des matières
 

.

Ce texte est la propriété de Marie-Paule Dessaint. Toutes reproductions sans l'autorisation de l'auteur est interdite. 
Conception et mise à jour  A. Rioux, Ph.D., Psycho-Ressources, Tous droits réservés, © Copyright 2010.